Ensemble, faisons abroger la limitation des allocations d'insertion à 3 ans

Rassemblement devant l’Onem de Liège, ce 22 avril, début d’après-midi: STOP ART.63§2

Accueil / Rassemblement devant l’Onem de Liège, ce 22 avril, début d’après-midi: STOP ART.63§2
Toutes les actions

Cela s’est passé lors du jour de lancement de  la marche des Acteurs des Temps Présents à Liège, à laquelle plusieurs membres du réseau ont participé.

https://www.facebook.com/Acteursdestempspresents

10299329_10202866861846847_1521262809_n

10306910_10202866862246857_27318642_n

 

 

En début d’après-midi, le réseau STOP Art.63§2 a en effet proposé et coordonné un rassemblement devant l’Onem, rue Natalis, à l’occasion duquel divers textes et slams ont été   lancés sous la banderole BLOQUONS LA MACHINE A EXCLURE, qu’au nez et à la barbe de la police liégeoise, cette fois prise de vitesse, nous avons réussi une fois de plus à hisser au 4e étage de la façade.

10308208_10203640208106525_338427628244149748_n-1-300x300 10259473_10202866861326834_742195359_n-300x300 10171168_730757176947807_4930007392547545174_n10154913_501686106602626_5524418282164166814_n

Au nom du réseau, voici le texte qui a été lu à l’arrivée des marcheurs, qui s’est faite au son de casseroles endiablées !

« Au nom du réseau STOP Art.63§2, je vous invite tous et toutes à regarder bien en face, ce bâtiment, l’Office National de l’Emploi, cette institution d’où chaque matin, sortent, en colère ou désespérées, des dizaines de personnes, à qui, sur base d’un dossier papier et d’une demi-heure d’entretien, on vient de décider de couper les vivres, de les sortir de toute protection sociale, sous prétexte qu’ils n’auraient pas suffisamment, ou suffisamment bien, quémander après un employeur.

Tout le monde sait que ce n’est pas parce que vous décidez d’aller à la cueillette aux champignons, que ceux-ce vont soudain se mettre à pousser.

Ce n’est évidemment pas parce que vous cherchez obstinément et assidûment un employeur qui veuille bien de vous, que des emplois vont se créer. Alors de quel droit sanctionne-t-on lourdement ces gens ? Il y a dans ce pays, si l’on cumule les chiffres du Forem, d’Actiris,et du VDAB, 60 à 70000 offres d’emploi chaque mois, dont des temps partiels, des « embauches comme indépendants », des intérims etc…, « tout ça », -si on peut dire-, pour près d’un million, vous entendez bien, 1000 000 de personnes totalement ou partiellement sans emploi. Même avec de la vaseline, un chausse-pied ou de la savonnette de Marseille, vous ne ferez pas entrer dans 60000 emplois… 1 million de demandeurs d’emploi les plus zélés et coopératifs soient-ils.

Mais il y a pire puisque le gouvernement en place, composé, retenez-le bien le 25 mai prochain, des partis wallons, CDH, PS et MR, a décidé, sans passage devant le parlement, que dorénavant il ne suffirait plus de chercher un emploi, mais que pour des dizaines de milliers de « hors emploi », il s’agira désormais de TROUVER, sous peine d’exclusion définitive du bénéfice des allocations dites d’insertion.

Cette mesure, c’est l’art. 63§2, qui risque de sortir ses effets funestes au 1er janvier 2015.

La FGTB a annoncé que 50 000 personnes seraient ainsi exclues du chômage. L’Onem lui en annonce 27000. Selon nous, ils risquent fort de se tromper tous les deux. Et ce, pour deux raisons.

Première raison : cette mesure, admettons-le, se voit bel et bien appliquée mais alors, c’est bien plus de gens qui vont être sanctionnés puisqu’à partir de ce 1er janvier prochain, chaque mois, des dizaines de milliers de personnes tout d’abord, puis des milliers et enfin des centaines, chaque mois !, vont arriver en fin de droit. On fera les comptes fin 2015. On sera sans doute plus près des 100 000 exclusions que des 50 ou 27000 annoncées partout.

Deuxième raison qui pourrait leur donner tort à tous : grâce à vous, au réseau STOP Art.63§2 que nous vous invitons vivement et urgemment à rejoindre et à bien d’autres forces sociales, politiques ou syndicales, nous faisons abroger cette mesure inique, indigne de ceux et pour ceux qui se réclameraient du mouvement ouvrier. Ce mouvement qui historiquement a conquis ce fleuron de la sécurité sociale qu’est le caractère illimité de toutes les allocations de chômage. Soyons dignes de cette histoire, résistons et mettons dès maintenant sous haute surveillance populaire tous ceux qui déclarent en campagne qu’ils exigeront une fois élus, la renégociation de cet article et de préférence son abrogation totale.

Il nous reste 253 jours 9 heures et quelques minutes… pour gagner !

Merci. »

Nous reviendrons. Autant de fois qu’il le faudra !

1538799_501686069935963_8261972428310070792_n

Contact

Envoyez-nous votre message.