Ensemble, faisons abroger la limitation des allocations d'insertion à 3 ans

1er/12 à Liège: grève générale ! Les réseaux Stop Art.63§2 et AAA ont organisé la manif !

Accueil / 1er/12 à Liège: grève générale ! Les réseaux Stop Art.63§2 et AAA ont organisé la manif !
Toutes les actions

A l’appel du réseau liégeois AAA ( Alliance pour des Alternatives à l’Austérité) et du réseau Stop Art.63§2, à l’occasion de la journée de grève générale à Liège contre le gouvernement anti-social actuel, une manif sans autorisation était organisée en début d’après-midi, ce 1er décembre 2014.

https://www.facebook.com/events/1433547200223162/?ref_dashboard_filter=past

 

AAA, c’est « marcher séparément mais frapper ensemble »!

https://www.facebook.com/pages/Alliance-pour-des-Alternatives-%C3%A0-lAust%C3%A9rit%C3%A9-AAA/1505237759746293?ref=ts&fref=ts

Vers 13h, les premiers manifestants arrivent… devant le PS. L’idée de partir du siège du PS, Place Ste Véronique, repose sur le fait que le PS, avec le CDH, non seulement prend lui aussi des mesures d’austérité, aux niveaux régional et communautaire, mais que nombre de mesures qui nous en font baver aujourd’hui ont été décidées par le gouvernement Di Rupo. Nous n’oublions pas que si dans 31 jours par exemple, des milliers de gens vont se voir exclure du droit au chômage, c’est à ce gouvernent, de malheur lui aussi, que nous le devons.

1173815116_B974187046Z.1_20141201141156_000_G223IC78D.2-0 OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Beaucoup de manifestants reviennent des piquets de grève du matin où nous sommes allés à quelques-un-e-s dès 5h du mat’ pour les soutenir et puis mobiliser pour la manif celles et ceux qui le peuvent: les piquets doivent tenir jusque 18h, et là où il y a des pauses, les changements se font souvent vers 14h. La ville est réellement paralysée, morte…sauf  Place Ste Véronique et bien sûr à certains piquets animés comme à l’entrée des Hauts Sarts, à Herstal, où s’est concentré un 3e réseau liégeois, Acteurs des Temps Présents, qu’on aurait aimé voir dans la manif avec nous!

A certains endroits, on trouve de drôles de trucs pour justifier que ça ferme pas… Comme un relent de vieux paternalisme patronal qui renaît à travers les franchises par exemple: « Nous avons le responsabilité de 20 ménages »…  Donc on ouvre, on vend, on fait tourner l’économie pourrie, on ne s’oppose pas aux politiques qui mettent précisément  ces ménages dans la m… au nom de ce qu’il faut les protéger… « Merci patron! merci patron! ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vers 13h15, le nombre des manifestants atteint plus de 100 personnes, puis 150, et enfin approchent les 200. Quelques militant-e-s syndicalistes liégeois-e-s de la FGTB  et de la CSC sont présent-e-s… notamment une délégation de la CGSP du Centre qui a signé notre Appel.

10375943_1527611854175550_6056460163941694272_n

Vers 13h30, Thierry M. pour le réseau Stop Art.63§2 et Aude L. pour le réseau AAA prennent la parole.

http://vimeo.com/113430594

Voici le texte du discours tenu au nom de notre réseau Stop Art.63§2:

« Bonjour

Certains se demandent pourquoi nous sommes ici. Nous avons deux raisons, deux bonnes raisons au moins d’être devant le siège du PS, de démarrer ici notre manifestation contre l’austérité. En étant en colère. Car outre les mesures d’austérité qu’il organise maintenant, à la Région Wallonne et à la Communauté Wallonie-Bruxelles, nous n’oublions pas que nous subissons AUJOURD’HUI des mesures anti-sociales graves qui ont été prises par le dernier gouvernent, mené par Elio Di Rupo et le Parti Socialiste.

Les mesures prises contre le chômage par exemple furent lourdes. Je dis bien contre le chômage et pas contre les chômeurs, car ces mesures touchent les droits de l’ensemble des salariés,  qu’on ait ou non un emploi. Ces mesures nous affectent tous et toutes. Dégressivité généralisée jusqu’en dessous du seuil de pauvreté, harcèlement de l’Onem sur la recherche d’emploi, augmentation de la durée du stage d’insertion, et surtout l’article 63§2 : limitation dans le temps des allocations d’insertion. Toutes ces mesures ont le don immédiat d’installer en chaque salarié qui a un job un degré plus élevé de soumission, consciemment ou non, à l’autorité patronale, aux exigences de celui qui l’emploie, et donc à notre exploitation collective.

Dans les négociations pour la constitution du gouvernement précédent, ces mesures nous été vendues par le Parti Socialiste comme la condition d’avoir le VLD à la place du diable, la NVA ! Aujourd’hui, moins de 3 ans plus tard, nous subissons bel et bien les effets catastrophiques de ces mesures anti-chômage acceptées par le PS, mais en prime, nous avons…le diable. La NVA est dans la place. Bien joué, Elio, bravo et merci au PS ! On s’en souviendra !

Des milliers de gens seraient donc jetés comme des malpropres dès le 1er janvier 2015 hors de toute protection sociale, sous prétexte qu’ils n’ont pas suffisamment travaillé. Le Soir a publié hier qu’il y avait en Belgique, aujourd’hui, un emploi disponible pour 60 personnes, en ne comptabilisant en réalité que la moitié du nombre réel de chômeurs. Ce que le Soir aurait dû écrire, c’est donc qu’il n’existe en Belgique qu’un emploi disponible pour 120 personnes au moins. Et on veut virer des gens au 1er janvier parce qu’ils n’ont pas travaillé suffisamment. C’est inadmissible, c’est indécent, c’est illégitime !

Et pourtant… Pourtant notre manif se doit d’être aussi une adresse ferme au Front commun syndical, qui DANS SON ENSEMBLE ne semble pas avoir pris conscience du problème.

En effet, ce front commun a fixé 4 balises, 4 éléments « non négociables ». Première surprise qui appelle un premier commentaire. Pourquoi des balises non négociables ? Y aurait-il qqch à négocier avec ce gouvernement ? Non, rien n’est à négocier. Ce gouvernement doit partir. Michel DEGAGE !

Mais soit, que les syndicats définissent des balises « non contournables », des barrières infranchissables, en soi c’est bien, si et seulement si elles valent aussi pour un éventuel gouvernement alternatif à celui d’aujourd’hui, avec un PS par exemple qui serait de retour aux affaires. Mais alors relevons une deuxième surprise : pas trace là-dedans des questions de chômage.

Première balise en effet : pas de saut d’index…

Deuxième balise : pas d’augmentation de l’âge d’accès à la pension.

En trois : pas de démantèlement des services publics, enfin pas trop…

En 4 enfin : une fiscalité juste, davantage assurée par le capital. Soit.

C’est très bien, et c’est aussi pour cela que nous manifestons aujourd’hui.

Nous devons absolument et urgemment obtenir l’inscription d’une cinquième balise ! Pas touche à la sécu. Exigeons un refinancement substantiel de la sécu et un retour sur toutes les mesures qui l’ont fragilisée ces dernières années. Retour donc sur les mesures anti-chômage du gouvernement Di Rupo.

Il faut que nous disions à Marie-Hélène Ska de la CSC et au camarade Goblet de la FGTB, qu’il ne faut pas être un expert en économie pour comprendre que si on laisse se fragiliser le droit au chômage, on laisse basculer au détriment de l’ensemble des salariés le rapport de force qu’il peut constituer, que nous devons constituer, vis-à-vis du patronat, de l’actionnariat, et de ses organisations politiques, celles de la droite ultralibérale. Un droit au chômage fort est la condition, est le levier même, de la force du salariat dans la lutte de classes qui lui est faite et dont il doit reprendre l’initiative.

Imposons donc un droit inaliénable au chômage comme balise défendue par NOS organisations syndicales.

Stop Austérité ! Stop Article 63§2 ! Défendons la Sécu !

Merci. »

La manif prend alors la direction de la rue Louvrex. Le nombre de manifestants ne cesse d’augmenter, nous y atteignons les 300 participant-e-s. Les slogans fusent, plusieurs personnes reprennent très chaleureusement notre chanson fétiche contre les mesures chômage…

safe_image-5 safe_image-3 safe_image-2 safe_image-1safe_image
safe_image-4
Ensuite nous empruntons la rue St Gilles.  L’ambiance monte, la manif est vivante, la colère est là bien sûr, mais aussi une vraie vitalité se dégage ! Une jeunesse bien déterminée et solidaire… les bras se tiennent et les voies se répondent.

http://vimeo.com/113329142

JAC et PSL rivalisent de slogans : « Qui sème la misère récolte la colère », « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère ! De cette société-là, on n’en veut pas ! « , « Tout est à nous, rien est à eux, tout ce qu’ils ont, ils nous l’ont volé », slogans que reprenaient déjà tous les collectifs de chômeurs français dans les années ’90 !… Certains commerces de la Rue St Gilles ferment à notre passage, des conversations jalonnent aussi la manif … Un consensus est repris en choeur:  « Michel dégage! » et « Ensemble ! Ensemble! GREVE GENERALE »…

safe_image-6 safe_image-7 safe_image-10 safe_image-11 safe_image-12safe_image-15

Nous rentrons alors dans le piétonnier de la Rue Pont d’Avroy qui nous conduit vers la deuxième cible de la journée: les locaux du MR , discrètement installé en Vinâve d’Isle, au premier étage d’un magasin de lingerie. Là une rangée de flics protège le bâtiment  et en empêche l’accès. Nous sommes plus de 300, sans doute même plus près de 350. Notre petite manif de protestation, en front commun nous aussi, est un succès par le nombre, l’ambiance et l’organisation, qui a été impeccable, sereine malgré l’absence d’autorisation, avec pas mal de jeunes  mais aussi de moins jeunes peu voire pas du tout habitués, expérimentés, à prendre en main ce genre d’événements.

safe_image-16 safe_image-14 safe_image-9
« Les Gingers », groupe féministe liégeois, propose alors un happening participatif dénonçant les atteintes à la sécu dans sa dimension essentielle du droit à la santé pour tous et TOUTES. On nous veut « actifs » plus longtemps sur le marché du travail mais on réduit en même temps nos possibilités de nous soigner. Nous veut-on mort-e-s au plus vite.

http://vimeo.com/113430593

Ensuite lecture de l’incontournable texte « Parce que nous sommes du côté de la Vie, nous résistons »..

10404246_1527611770842225_8723171282404214118_n

Parce que nous sommes du côté de la vie

Parce que nous ne voulons pas

d’une dégressivité qui affame

Parce que nous ne voulons plus

d’une activation qui humilie

Parce que nous ne voulons plus

de formations qui infantilisent

Parce que nous ne voulons plus

d’emplois qui détruisent

au lieu de créer,

Parce que nous ne voulons pas

d’allocations limitées dans le temps

pour mieux nous asservir

Parce que nous valons mieux que ça

Parce que nous sommes du côté de la vie…

Parce que nous voulons nous libérer

des dispositifs disciplinaires

qui enferment nos existences

dans des univers

sans imaginaire,

sans partage…

et sans poésie.

Parce que nous ne voulons pas

être réduits à l’état d’entreprises

ou pire de marchandises

qui entrent, sans sommation,

en concurrence prédatrice

avec nos frères humains,

pour produire des dividendes

et de la junk consommation.

Parce que nous voulons prendre part,

juste notre juste part,

à la production de biens et de services

nécessaires à la vie décente de tous

et respectueuse du vivant

qui nous entoure

et nous fait vivre lui

sans rien demander en retour.

Parce que le reste du temps,

nous voulons prendre soin de nos proches,

apprendre et échanger nos savoirs,

goûter ce qui est délicieux,

nous serrer corps contre corps,

créer ce qui est beau et qui réchauffe lorsque le temps est au gel,

et ce qui refroidit lorsque le temps est à la canicule.

Parce que nous voulons prendre le temps

de vivre avec le temps,

avec notre temps,

pas celui qui nous est compté,

comptabilisé

en billets de banque,

mais celui du baiser qui dure,

celui de l’acte qui ne sert à rien,

celui de la palabre

qui dit la communauté…

Parce que nous valons mieux que ça

Parce que nous sommes du côté de la vie…

Nous résistons. »

1507607_1527611820842220_8568017720058841567_n

Jérémie, pour AAA, conclut en invitant tout le monde à la prochaine AG ouverte, mardi 9 décembre à l’Aquilone dès 19h30 et puis en appelant tout le monde à participer au blocage du sommet européen de Bruxelles le 19 décembre, une action qui sera organisée à l’initiative d’un autre réseau encore, bien plus large, le « D19-20 », que nous soutenons bien évidemment…

https://www.facebook.com/events/526709594140741/

1959670_1527611784175557_1459152559745928038_n
La manif se prolonge alors, de plus en plus chaude,  jusque vers le centre Ville où nous rejoignons le piquet de grève de la Galerie St Lambert, heureux de cette jonction… « Ne lâchons rien »… « Michel dégage ». Et au 15 décembre, pour la grande grève générale nationale !…   « Aujourd’hui dans la rue, demain on  continue! »…STOP ARTICLE 63§2 !

http://vimeo.com/113411752

10841647_10203688504188786_1838074307_n 1525446_1527611744175561_4074754043411222860_n 10484942_1527611774175558_594923370467331098_n
Ce n’est qu’un début… « Et tant  que durera tout ce cinéma, nous on se battra pour nos droits! « 

10805449_10203688503908779_645454379_n

La nuit tombe…sur le marché de Noël… et la révolte gronde !

safe_image-8

Contact

Envoyez-nous votre message.